Histoire

C’était à partir de l’année 1800 vraiment, que Paris est devenue une vraie capitale européenne de bière. Spécialement dans la seconde moitié du XIXe siècle, il est devenu chic de se promener dans les rues et de se montrer dans les brasseries, qui se multipliaient sur les boulevards. C’était l’époque de la naissance des bières et de la brasserie Demory, fondée en 1827.

Logo-ancien-ausgelöst-hochkant-380px-breit 

L’influx des maîtres brasseurs alsaciens à Paris a donné lieu à une vraie hausse de la bière et sa perception. Animants les jours et éclairants les nuits, les brasseries étaient les endroits “branchés” de l’époque. Dans les salles de bières, on dansait, discutait, fumait, chantait et buvait. C’étatit une atmosphère conviviale et alcoolisé, même si les bières bock de l’époque n’étaient pas encore des bières très lourdes.

L’industrialisation et les inventions de Pasteur (fermentation et pasteurisation) et de von Linde (réfrigération artificielle) fascilitaient la transportation de longue distance et l’exportation de la bière. Tout d’un coup toute l’Europe voulait vendre ses bières à Paris, la capitale mondiale artistique et de style. Et encore, la brasserie Demory était au plein milieu de l’action!

La brasserie Demory, avec ses usines et la maison mère situées au 10-12, rue Broca, dans le 5e arrondissement, florissait et des anciens périodiques des années 1850 parlent même d’une présence dans l’ancien Palais National. La Bière Demory en bouteilles et avec bouchon mécanique est vendu partout à Paris dans les épiceries.

demory-vintage-epicerie-700px-breit

Comme aujourd’hui, le Quartier Latin de l’époque avec tous les étudiants et les intélectuelles était un bon endroit, spécialement aussi pour une brasserie. Non seulement  au XIXe siècle, les bières Demory, étaient au point focal de l’amusement parisien, mais aussi après au début du XXe siècle. Pendant les “Golden Years” des années 1920, Montparnasse et le Quartier Latin ont évolué dans le “playground” des plus grands esprits et artistes du monde. Beaucoup des plus connues cafés de Paris d’aujourd’hui ont leurs racines dans cette époque là. La brasserie Demory dans la rue Broca existait déjà depuis 100 ans, et comme Simone de Beauvoir l’écrit, était toujours un endroit convivial, chaleureux et bien aimée par le peuple et les grandes personalités de l’époque.

Demory-rue-Broca_700-px-breit 

Donc, au début Guy de Maupassant, Claude Debussy, Gabriel Charpentier, Daudet, Flaubert et les autres célèbres du XIXe siècle, puis Sartre, de Beauvoir, Hemingway, Courbet, etc. Ils étaient tous exposés à la bière Demory. Si ils l’ont tous aimés? Peut-être pas tous, mais jaimerais bien le croire…

Alors, la bière en France et à Paris s’envolait et en 1900, on comptait presque trois milles brasseries en France! Les maîtres brasseurs Sedlmayr à Munich et Dreyer à Vienne ont inventés la nouvelle manière de brasser à fermentation froide et les goûts des consommateurs commencent à changer. C’est ces nouvelles bières de type Lager, rafraîchissantes et amères, qui conquèrent le monde. La technologie avance et devient accessible et abordable, au moins aux grandes brasseries, qui commencent à baisser leurs prix de revient le plus de quanité ils produisent. Les moyens de transport deviennent plus économiques et les rayons de vente des brasseries s’élargissent.

brasserie-01-700px-breit

Tout d’un coup il y avait beaucoup plus de compétition sur le marché parisien et des temps durs pour les petites brasseries parisiennes commencent. Trop faible en quantité la production afin de réalisier des grandes économies et trop chère la brasserie de bière et les locaux dans la grande ville. La Brasserie Demory survit la première guerre mondiale et prospère dans les années 1920, mais la grande crise des années 1930 et la deuxième guerre mondiale avec la manque en orge sont trop… Dans les années 1940, le dernier vrai brassin des bières Demory est brassé et le concurrent, la Brasserie de la Comète de Châlons-sur-Marne, rachète toutes les opérations. Sous l’égide de la Brasserie de la Comète, plus tard très connue pour sa bière “Slavia”, on continue à brasser de la bière Demory, mais dans les années 1950, c’est définitivement la fin.

L’époque de la consolidation et concentration sur le marché brassicole français a commencé. Heineken s’est installé en France. Surtout pendant les années 1940 jusqu’à 1980, Kronenbourg en Alsace, Heineken et d’autres grandes brasseries de l’époque rachètent et puis ferment une bonne partie des petites brasseries régionales de la France – et deviennent de plus en plus puissantes et dominantes.

En 1980, 80 ans plus tard, de ces quelques 3000 brasseries, ils existent encore une trentaine. Le marché et la distibution est fortement controllé par deux grands groupes brassicoles, Heineken et Kronenbourg. Les français sont forcés à boire les toujours mêmes bières. 

Dans les années 1980, la situation sur le marché des bières en France était donc presque exactement la même qu’aux États-Unis. Et c’était là, où la renaissance des petites brasseries et des bières de qualité a eu son début. Le “Craft-Beer Movement” est devenu une vague “contagueuse” et aujourd’hui on peut partout dans le monde boire des bonnes bière locales. Aussi en France.

En 2009, la Brasserie Demory – Paris était ressuscitée. La première bière brassée était la Astroblonde en février 2010.

300ppi-Logo-Demory-3D-A4-Demory-blanc

Comments are closed.